dimanche, novembre 05, 2006

Début de partouze dans les rues du Caire

Selon cette info de la BBC, un début de partouze avait pris place dans les rues du Caire, après que des hordes de jeunes gens en manque sexuel après un long mois de ramadan de jeun et d'abstinance se soient défoulés sur de jeunes femmes en plein centre de la capitale Egyptienne. Les pauvres filles (voilées et non voilées) n'ont du leurs salut qu'à l'intervention d'un taxiste, de la police ou après s'être abritées dans une salle de cinéma.
En effet, les groupes de frustrés sexuels se sont jetés sur les filles et ont voulu abuser d'elles le jour même du Aïd.
Frachement, je suis resté hébété devant un tel comportement hydeux et dégueux. Certains y verrons des signes de frustration sociale, mais au fond, c'est de frustration sexuelle qu'il sagit. Une frustration malheureusement partagée par nombre de tunisiens...
Encore peut être une preuve de l'importance des valeurs islamiques, sexuellement frustrantes qui créent des obsédés sexuels, des déviants. Excusez moi, mais je n'ai pas souvenirs de tels comportement dans l'occident décadant sans foi ni loi.

10 commentaires:

kassus a dit…

Incroyable cette histoire ! Déja que l'aïd est la fête des alcolos, si en plus ça devient la fête des violeurs...

de passage a dit…

Tu dois pas bien connaitre l'occident a mon avis .Parce que y a quand même le phénomène des tournantes , c'est peut-être pas l'équivalent de ce qui c'est passé en égypte, mais ça s'en rapproche c'est des viols collectifs . Cette histoire, a mon avis, est dû à un mélanges d'alcool et de drogue pour causer un tel comportement . C'est bon à savoir, pour déclencher un mouvement dans la rue, parce que si c'était autre chose, si c'était comme tu dis uniquement dû à la frustration sexuelle, pourquoi est ce qu'il ne feraient pas la même chose contre le gouvernement qui est une autre source de frustration ?

sansouna a dit…

Totalement d'accord avec toi, c'est horripilant cette histoire...

Xander a dit…

@ de passage : Je pense connaitre assez bien l'occident pour savoir que le phénomène des tournantes prend place dans les banlieues ou habitent en majorités des... magrébins...

On n'est donc pas sortis de l'auberge !

kassus a dit…

hahaha mdr !!

de passage a dit…

C'est bien ce que je disais tu connais pas . Tu te bases sur l'image que te renvoie la télé . Y a pas une majorité de maghrébins ou de noirs en banlieues mais disons qu'il n'y a pas beaucoup de maghrébins et de noirs dans les beaux quartiers .
Pour revenir à l'egypte, c'est pas une histoire de pleine lune , Ha non , ça c'est passé en plein jour. Alors peut-être ont ils été piqués par des moustiques drogués, ou peut être les effets d'une surconsommation de gateau de l'aid ?

Elyes a dit…

La frustration sexuelle est bien plus grande dans nos contrées qu'en Europe.
Les européens on un rapport plus décomplexé, moins hypocrite et finalement plus saint vis à vis du sexe.
Il y a certe les "tournantes" mais c'est aussi lié à la frustration sexuelle d'une frange de la population française (et non pas occidentale de manière générale).

ancien combattant a dit…

Comme quoi, face à la libido frustrée des hommes par les religieux, les politiques et la morale, il n'y a aucune différence entre une femme voilée et une femme "dénudée". De quoi démentir le discours ridicule sur la "fonction protectrice" du voile. Le voile suggère plus qu'il ne cache. Il suscite les désirs et incite à aller à la rencontre de l'interdit qui ne sera que plus savoureux à "arracher" et à savourer.

Mais comme nous vivons dans des sociétés hypocrites où les gens vous diront exactement le contraire de ce qu'ils pensent et refoulent systématiquement ce qu'ils ressentent, vous connaissez la suite de l'histoire...

de passage a dit…

Je penses pas que les tournantes soient causés par la frustration sexuelle . Si vous saviez le nombre de voitures avec passagères qui partent à la recherche d'une ou plusieurs barrettes et ce qu'elles sont siposées à faire pour en obtenir . Si vous saviez le nombre de filles qui descendent dans les caves des cités . Je ne pense pas qu'il y est une frustration sexuelle, mais par contre les jeunes font parties d'un groupe et ont du mal à s'en détacher pour entretenir une relation suivie avec une fille .

Mais cette histoire égyptienne me laisse perplexe, je n'ai pas osé la raconter, tellement je ne vois comment je pourrais proceder et j'anticipe la réaction de mes collègues qui vont me prendre pour un menteur . Elle est vraiment bizarre cette affaire, des hordes d'obsédé sexuelle déferlant dans les rues du caire, c'est quand même pas facile à relater .
J'ai bien visionné une vidéo montrant des jeunes pas nombreux 3 ou 4 harceller 2 jeunes filles en abaya noir, cela se passait dans les pays du golf . Les jeunes deviennent de plus plus hardis .

Anonyme a dit…

Les garcon en rut, ce n'est pas seulement sur les filles. Si votre habit révèle que vous êtes un turiste européen, les chauffeurs du taxi au Caire et à Luxor vous draguent, les canotiers sur le Nil, passez devant une caserne - même si je ne gigote pas mes hanches, les jeunes militaires, proprets et chauffés à blanc, m'ont sifflé après. Le grillage a protégé ma vertu. Au centre de la ville à minuit, deux gamins peut-être 14, demandent gentiment : you want six, Mister ?
Heureusement, il y a des solutions entre camarades et comme cela reste un non-dit, un non-pensé, pas de remous à la surface et tout reste dans l'ordre.