mardi, février 27, 2007

Mon premier PC


Le voila! Le tout bel Amstrad CPC464 :-)

CPU Z80 à 4 Mhz, 64 Ko de RAM ! Il était composé d’un écran couleur (résolution CGA) et d’un clavier intégrant l’unité centrale et un lecteur de casette.
Ah ! Que de beaux souvenirs avec cette machine sur laquelle j'ai appris le BASIC (l'un des seuls langages de programmation que je pense bien maitriser).
Que c'était beau les batailles aériennes où le ciel était toujours bleu uni et la terre toujours verte unie. Sans compter qu'il fallait bien 10 minutes pour qu'un jeu (ou un traitement de texte) ne se charger, avec le lecteur casette qui faisait des bruits bizarres, des sortes sons mélodieux. A l'époque, c'était bien facile de copier un programme... Un petit pasage par la chaîne HiFi et le tour est joué !
Que c'était beau l'écran 16 couleurs...
Que de beaux souvenirs :-)

5 commentaires:

aymen a dit…

ya hasra :D
moi j'avais juste la version juste aprés,avec le lecteur de disquette.
J'ai mâitriser le language basic quand le lecteur disquette est tombé en panne donc j'etait obligé de me créer des jeux pour jouer !(le plaisir etait dans la phase de création plus que le jeu lui même)
Je me rappelle qu'on a découverte une petite astuce afin qu'un jeu commercial soit modifiée et devient BIZARROIDE et original: Quand le lecteur de disquette chargait le jeu ,on retirait la disquette et on la remet à sa place à un instant donnée,et là le programme déconne et le jeu illi déja faddina menha devient rigolote et mkharbka :D (bah,c sûr le lecteur est tombé en panne grâce à cette pratique).

fruity,ikari,commodo,aliens,adams family,...
Moi j'ai téléchargé sur mon PC un simulateur Amstrad et j'ai joué avec les jeu d'antan :D,ce qui est rigolo que des centaines de jeux pésent en tous regroupés quelques méga octet ! (voit le site d'amstrad pour le simulateur,en faire il y'en a deux et marchent avec windows XP)

ya3tik essahha pour ce post !

PS: j'ai oublié le basic tawwa ça remonte à 14-16 ans en arriére quand même !

Téméraire V5.0 a dit…

Yé Hasra, la 1ère fois (84/85)j'avais un SINCLAIR qui se branchait sur le téléviseur avec chargement des programmes par radio cassette.
Ensuite (87) je suis passé directement à l'Amstrad PC1512. Un vrai PC, sans disque dur mais double lecteur de disquettes 5"1/4 et écran couleur.

Roumi a dit…

@Xander : eh bien, quelle antiquité, dis moi ! :)
Personnellement le premier ordinateur maison est arrivé tard... très tard... en juillet 1996 ; c'était donc un PC assez proche de ce qu'on a aujourd'hui.

Avant, j'avais seulement profité des ordinateurs de l'école et du collège. Quand j'avais 7 ans je pense, on sortait de l'école certains après-midi et l'enseignant nous emmenait dans une autre école où il y avait la seule salle informatique pour tous les élèves de la ville. Il y avait dans une ancienne salle de cours, entre quinze et vingt ordinateurs. Donc la moitié de la classe était devant l'ordinateur pendant une heure... pendant ce temps, dans une salle voisine, l'autre moitié faisait des devoirs en attendant son tour. Et la deuxième heure, c'était le contraire... les ordinateurs étaient des antiquités : des Thomson MO5, sortis en 1984, et qui étaient apparemment surtout destinés au marché français et aux établissements scolaires. Moi je pense bien que c'était en 1985 que j'en ai utilisé un la première fois.
Je ne résiste pas à l'envie de citer ses performances (si j'ose dire !) en provenance de wikipedia : "Il est doté d'un processeur 8 bits Motorola 6809E cadencé à 1 MHz. Sa ROM est de 16 Ko et il est doté de 48 Ko de RAM, dont 32 Ko libres pour l'utilisateur. Ses capacités d'affichage sont de 320x200 pixels en 16 couleurs (avec contraintes de proximité) pour le mode graphique et 40 lignes par 25 colonnes pour le mode texte."
On ne pouvait pas faire grand chose avec ces ordinateurs. Je me souviens d'une sorte de jeu avec des questions éducatives... et puis il y avait ce fameux triangle, pompeusement baptisé "tortue Logo" qu'on était invité à balader un peu partout sur l'écran en lui donnant les ordres en anglais. On n'était pas difficile à l'époque.
J'ai quelques vagues souvenirs aussi... un flash... chez un voisin il y avait un ordinateur avec un écran magique (enfin je le pensais) ; on pouvait faire du dessin sur l'écran à l'aide d'un gros stylo optique.

Un souvenir aussi que mon père vers 1984-85 sans doute avait ramené exceptionnellement un ordinateur et avait programmé devant nous un jeu... et on était ébloui... je me souviens aussi qu'à la même époque, j'avais accompagné mon père dans un cour d'informatique... maintenant je pense à ce petit garçon que je considère comme mon neveu... il voit son papa devant l'ordinateur... ça lui parait tellement normal...

Au collège, changement de monde... vive le TO7-70 de Thomson, également né en 1984 mais que j'ai donc utilisé seulement à partir de 1990. Voici ses caractéristiques selon wikipedia "Processeur : Motorola 6809 cadencé à 1 MHz ; Mémoire : 8 Ko de mémoire vive (RAM) ; Résolution : 320×200 pixels ; Entrées : clavier membrane et stylo optique". On enregistrait les vagues données grâce à un lecteur de cassettes audio... parallèlement à cela, on nous apprenait à taper à la machine à écrire électronique parce qu'à l'époque, ça semblait très normal de se servir d'une machine à écrire et moi, quand j'apprenais à taper, je ne pensais pas du tout qu'aujourd'hui j'aurais un ordinateur et que les machines à écrire n'auraient plus d'utilité.

Et puis tout d'un coup, en moins de deux ans, on nous a fait passer sur des PC comme on les connait aujourd'hui. Dès 1992, j'ai pu utiliser alors des PC, assez rarement il est vrai... on nous faisait faire parfois des exercices de mathématique. Au lycée, on utilisait encore rarement les ordinateurs. J'allais parfois dans la bibliothèque et des copains de classe jouaient au démineur... et moi j'étais fasciné... c'était trois ans avant qu'il y ait le premier ordinateur à la maison... j'ai découvert internet pendant les cours d'informatique de ma première année d'université, en 1997. J'avais l'impression d'être un fossile face à cette découverte.
J'ai acheté mon premier ordinateur portable en juillet 2000, une promotion à 15000 francs... on avait que du basique pour ce prix là à l'époque ! J'ai fait installé l'internet fin 2000 ou début 2001 je crois, entrant réellement dans le monde de l'internet... mais à petite dose... et après trois ordinateurs portables, deux disques durs cassés et de multiples pannes, me voici, miraculé et survivant de cette époque héroïque, ayant pris le train tardivement en marche mais ayant réussi plus ou moins à me débrouiller sur un ordinateur.

Kaiser a dit…

IIIIIIIhhhhh, ya hasra. Mon premier c'était un AMSTRAD 6120, avec les disquettes 5"1/4, en vogue à l'époque.

J'ai un peu appris à faire du BASIC dessus mais j'y jouais plus. :)

Anonyme a dit…

Humeur - Détours

André Truong, père du micro-ordinateur, nous a quittés
5 avr. 2005 | 00:00 BST

Par Pierre Mangin

Fondateur emblématique de R2E, et co-inventeur du premier micro-ordinateur (Micral), André Truong est décédé à l'âge de 69 ans, des suites d'une longue maladie contractée accidentellement lors d'une hospitalisation

Publicité A l'époque, on connaissait à peine les microprocesseurs; certains y avaient goûté, en langage Assembleur, sur des Nascom de 4 bits… ou sur les 'chips' d'une toute jeune firme californienne encore inconnue, appelée... Intel (le 4004). Puis il y eut les processeurs 8 bits, Motorola 6800, et Intel 8008. En France, de jeunes ingénieurs, passionnés d'électronique, avaient répondu en 1972 à une demande de l'INRA: concevoir des systèmes micro-informatiques, programmables, peu coûteux, appliqués à des relevés hygrométriques en agronomie.

A l'origine, une commande de l'INRA... André Truong et son compère François Gernelle, aidé d'un autre ingénieur, Benchitrite, remportèrent la palme. Leur système, orienté vers du contrôle de process, répondait au cahier des charges, à un cinquième du prix d'un PDP8 de l'époque. L'année suivante le premier micro-ordinateur au monde voyait le jour: dès 1973, le Micral N fut construit en série autour du processeur Intel 8008 cadencé à 500 Khz (environ 50.000 instructions par secondes) avec une mémoire de 16 koctets du type MOS (metal oxyde semiconductor). Il comportait déjà un bus supportant des entrées- sorties parallèles et série. "Nous travaillions dans une cave, à Chatenay-Malabry, environ 18 heures par jour" raconte André T. "C'était l'hiver et pendant 3 mois, je n'ai pratiquement jamais vu le jour. La machine que je baptisai "micro-ordinateur", c'est logique puisque c'était un ordinateur construit avec un "micro-processeur", possédait presque toutes les caractéristiques de ses grands frères sur lesquels j'avais travaillé à Intertechnique: Varian 6201, Multi 8." (..) "Notre moniteur d'exploitation Sysmic est devenu Prologue en 1978, sous la houlette de Michel Joubert (Prologue SA)(...) puis le premier disque dur de marque Caelus, en 1975, puis DRI en 1976, le premier disque 5"1/4 - d'Allan Shuggart qui venait juste de fonder Seagate en 1979- sur le Micral 8031 D".

Des pionniers en manque de reconnaissance On s'est battu pour faire valoir qu'ils furent bien les inventeurs de l'ordinateur personnel. Mais en vain. Les Américains Commodore, Tandy Radio Shack et autre Apple Computer avaient déjà pris le relais et eurent tôt fait d'occulter leurs travaux de pionniers. A titre de consolation, il reste un musée à Boston pour attester de cette paternité, ainsi que quantités d'ouvrages sur l'histoire de l'informatique.

Il est vrai qu'avec son sourire malicieux, ses yeux vifs et pétillants d'intelligence, André T. n'avait cure des grandes cérémonies. Il préférait imaginer, inventer et concevoir. Arrivé de Saigon en 1950, à l'âge de 14 ans, il avait été élève au Lycée Hoche de Versailles, ce qui le conduisit à la célèbre Ecole Française d'Electricité de Paris. Il s'y passionna pour la miniaturisation des "chips" et au retour d'un voyage en Californie où il visita Intel, il décida de créer R2E (Réalisations et Etudes Électroniques) avec un associé, J.R. Tissot. Il y convia Francis Gernelle, qui revendiqua, lui aussi, la paternité du Micral.

Toute la panoplie du PC A eux trois, ils réussirent à industrialiser le produit, avec la panoplie des sous-ensembles toujours actuels: carte mère avec processeurs, cartes d'interfaces pour les entrées/sorties vers les périphériques qui désignaient: le clavier, le moniteur vidéo, l'unité de disque ou disquette et l'imprimante… Il n'y avait pas encore de système d'exploitation standard, pas de souris: le fonctionnement des périphériques était régi par des lignes de code écrite une à une puis compilées. Grâce à ces irréductibles inventeurs, la France aura tenu tête quelques années aux géants américains du PC que furent IBM puis les compatibles Compaq, Victor, HP, Tulip... avant que Taïwan ne récupère aussi une grosse part du marché.

Jusqu'à l'Oplite André T. fut amer quand Bull, qui avait racheté R2E, ne comprit pas que le marché du compatible PC allait faire un boom. En 1980, l'intrépide ingénieur quitta R2E et créa TTT (Truong Thong Thi -son nom), une société de conseil en micro-informatique. Deux ans plus tard, il entra dans le capital de Normerel, fondée par son ex-associé JR Tissot, en Normandie, pour construire des PC compatibles, et c'est là qu'il conçut "Oplite", un petit ordinateur personnel. La partie allait être difficile, quasi impossible, mais il fallait la tenter. L'aventure dura quelques années, mémorable. A noter qu'André Truong reçut une consolation qui le toucha beaucoup: en 1999, il reçut -enfin!- la Légion d'honneur. _____________ Bibliographie: recommandons "La saga de la micro-informatique" par Henri Lilen, éditions Vuibert.