jeudi, novembre 24, 2005

Femme, ne pleure pas ceux que tu aimes

Notre voisine est morte il y a quelques jours. D’autres diront, la femme du voisin est mort ; mais n’est elle pas notre voisine malgré tout ? Pourquoi faut il toujours rattacher la femme à ce qu’on lui attribut comme masculin, comme si elle ne pouvait pas exister sans l’homme ? Cela est sans doute l’émanation d’un problème bien plus complexe et enchevêtré, celui de l’image et de la conception de la femme en tant que être indépendant dans la société arabo musulmane. Certains diront que la femme a acquit beaucoup de droit et qu’elle devrait arrêter de se plaindre un peu. Cependant, des inégalités, inhérentes à la conception même que la religion, subsistent. Des inégalités abjectes et sans nom. Telle que celle qui interdit à la femme de suivre le cortège funèbre de ses proches. La femme ne serait elle pas digne de pleurer ceux qu’elle aime ? N’as t elle pas le droit d’accompagner son fils, sa fille, son mari, ses amis vers leurs dernière demeure ?
Derrière cette pseudo interdiction se trouve bien trop souvent les réminiscences des pensées d’un age révolu où l’homme se croyait supérieur en tout : en force, intelligence et même en sentiments. Cependant, comment accepte t on aujourd’hui que des personnes soient interdites d’adieux. La mort est un événement important dans la vie, on ne peut empêcher personne de pratiquer son deuil comme il le souhaite. Qu’ils pleurent, qu’ils rient, que les gens se remémorent les beaux instants de la vie de celui qui les quitte, rien de cela n’est libre, tout est réglementé par l’Islam. Ainsi la conception de la mort est encore trop rétrograde, ses traditions éculées et notre rapport à celle-ci bien trop naïf souvent. Quand les gens meurent, il faut savoir les aimer et les garder dans nos esprits, qu’elles vivent avec nous, que l’on continue de les aimer même en leur absence. Comme les amoureux qui s’écrivent des lettres une fois par an mais qui s’aiment malgré tout. J’aime ceux qui me quittent, je leurs parle des fois et me dis que même conceptualisés dans ma tête, ces personnes qui ne vivent plus, qui ne vivront plus, que je ne verrais plus, vivent en moi en souvenir d’un passage dans la monde qui est le mien.
Quand je mourrais, je voudrais que l’on soit heureux, que l’on ne pleure pas, que l’on sorte des photos, que l’on parle de moi, que l’on me parle, que l’on dise mes petits secrets et que l’on en rigole. Que tout le monde sache qui je suis, que l’on mette de la musique et que l’on danse, que la joie que j’ai toujours essayé de donner aux autre revienne. Je ne veux pas être étendu, tel un morceau de viande pourri au milieu d’une veillée funèbre, des lamentations coraniques en fond sonore et la résonance de bêtises édulcorées dans la bouche des musulmans du vendredi. Je veux mourir heureux et je voudrais que personne ne regrette.
Mais non désolé, le testament est interdit en Islam. On n’a pas le droit de choisir sa vie, encore moins sa mort. Et sans doute mes amies, mes amantes, et toutes celles que j’ai connues ne pourront pas venir me dire adieu…

6 commentaires:

Dimé a dit…

Moi je voudrai pas t'enterrer de si tot quand meme et meme je mourrai peut-etre avant toi.
Et si il devait y avoir ca sache que moi je ne ferai rien comme les autres. Je pleurerai certainement au début mais je ne me lamenterai pas parce que je sais que tu as vecu ta vie meme si elle te plaisait pas tt le tps... Je parlerai de toi tel que je te connais et je mettrai de la musique celle que tu deteste pr bien te faire chier!

Anonyme a dit…

c'est facile de parler de la mort quand on ne connait pas vraiment qu'est ce que c'est. La mort de ceux qu'on aime vraiment ne peut pas se passer comme tu le décrit là; écouter sa musique, rigoler, c'est loin d'être la réalité de la mort. Mais tout de même, le voir pareil reste un bel idéalisme qui apaisera de grandes peines chez beaucoup d'entre nous.

Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Anonyme a dit…

Aicha...la cousine que je n'ai jamais connu.....tu a vu ma chere et regrettée ce que t'evoquer peut engendrer comme foisonnement d'idées....que Dieu t'accordes sa misericorde !!!!

Anonyme a dit…

[url=http://www.23planet.com]online casino[/url], also known as effective casinos or Internet casinos, are online versions of well-known ("chunk and mortar") casinos. Online casinos legalization gamblers to bolt and wager on casino games with the advance the Internet.
Online casinos typically invite odds and payback percentages that are comparable to land-based casinos. Some online casinos contend higher payback percentages in the servicing of concave squad games, and some remonstrate upon known payout consequence profit audits on their websites. Assuming that the online casino is using an fittingly programmed indefinitely in generator, proffer games like blackjack coveted an established have the ability for edge. The payout holding assignment of these games are established sooner than the rules of the game.
Multitudinous online casinos contract in topple brief or sense their software from companies like Microgaming, Realtime Gaming, Playtech, Worldwide Artifice Technology and CryptoLogic Inc.